Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Article en cours de construction

"Nos ancêtres les Gaulois" ont été pendant bien longtemps utilisés au gré des intérêts politiques et commerciaux avant d'être réellement connus ; ils sont encore aujourd'hui le symbole d'une part de notre identité et à ce titre leur image est toujours utilisée, parfois de façon bien surprenante, comme nous le verrons à la fin de cet article. Mon sujet étant ici de mettre en avant les représentations des Gaulois, je présente surtout des documents iconographiques.

Pour les Romains, un bon gaulois est un gaulois vaincu (presque mort)

Commençons donc par le commencement : comment les Gaulois étaient-ils perçus par les artistes romains ? Comme des barbares, des guerriers courageux, certes, mais surtout comme des vaincus !

Le gaulois mourant, Musée du Capitole, Rome, et le Gaulois Ludovisi et sa femme, Musée National Romain
Le gaulois mourant, Musée du Capitole, Rome, et le Gaulois Ludovisi et sa femme, Musée National Romain

Le gaulois mourant, Musée du Capitole, Rome, et le Gaulois Ludovisi et sa femme, Musée National Romain

Les Gaulois dans la peinture au XIXe siècle : des barbares hirsutes aux résistants

Au XIXe siècle, le Gaulois est représenté d'abord comme un barbare que les Romains ont dû coloniser, qui a saccagé Rome en 390, ce qui était à mettre en rapport avec la colonisation française, qui elle aussi, apportait la civilisation à des peuples étrangers.

Brennus et sa part de butin, Paul Joseph Jamin © Photo RMN-Grand Palais - Droits réservés

Brennus et sa part de butin, Paul Joseph Jamin © Photo RMN-Grand Palais - Droits réservés

Le sac de Rome par les Gaulois en 390 av. J.C. (détail), Paul Jamin, huile sur toile, XIXe s

Le sac de Rome par les Gaulois en 390 av. J.C. (détail), Paul Jamin, huile sur toile, XIXe s

Après la défaite de 1870 et l'occupation prussienne, la vision du Gaulois a changé : il est devenu un résistant à l'envahisseur romain et sa représentation a changé, comme sur le célèbre tableau de la reddition de Vercingétorix de Lionel Royer en 1899, sur lequel Vercingétorix, bien que vaincu, reste fier et domine les Romains.

Les Gaulois, entre mythe et vérité

Les Gaulois à l'école : "Nos ancêtres les Gaulois"

Avec l'avènement de l'école obligatoire grâce aux lois de Jules Ferry, les petits Français ont appris, quelque soit leur région et la partie de l'empire colonial français dans lesquelles ils grandissaient, qu'ils avaient pour ancêtres des Gaulois, et ont pu observer leur mode de vie sur des affiches exposées dans les salles de classe. Nous verrons plus tard que les visions des Gaulois transmises à travers ces illustrations étaient parfois bien loin de la réalité archéologique.

Nos ancêtres les Gaulois vivaient dans des huttes rondes... et portaient des casques avec des ailes...
Nos ancêtres les Gaulois vivaient dans des huttes rondes... et portaient des casques avec des ailes...

Nos ancêtres les Gaulois vivaient dans des huttes rondes... et portaient des casques avec des ailes...

Les Gaulois en politique au XXe siècle

Le Gaulois, devenu notre ancêtre, dont la force et le courage étaient mis en avant, pouvait maintenant servir les intérêts commerciaux et politiques des uns et des autres, comme dans ces cartes postales de la première guerre mondiale, cette célèbre affiche pour les chantiers de la jeunesse pétainiste pendant la seconde guerre mondiale, cet album de propagande de 1942 pour montrer l'exemple des vertus françaises de Vercingétorix à Pétain ou encore cette autre affiche de propagande pour la légion.

Quelques cartes postales datant de la première guerre mondiale
Quelques cartes postales datant de la première guerre mondiale

Quelques cartes postales datant de la première guerre mondiale

Les Gaulois, entre mythe et vérité
Les Gaulois, entre mythe et vérité
Les Gaulois, entre mythe et vérité

Le Gaulois est devenu l'emblème de la France, présent notamment sur des timbres et les pièces de monnaie.

Timbres de 1966, 2007, et 2012Timbres de 1966, 2007, et 2012Timbres de 1966, 2007, et 2012

Timbres de 1966, 2007, et 2012

Cette vision de "nos ancêtres les Gaulois" a été remise en cause et réutilisée à plusieurs reprises, comme dans ces affiches pour une exposition, un documentaire et un journal.

Les Gaulois, entre mythe et vérité
Les Gaulois, entre mythe et vérité
Les Gaulois, entre mythe et vérité

Plus surprenantes encore, certaines utilisations récentes de l'image du coq gaulois, utilisée par une association pour annoncer la Gay pride de juin 2011 et qui fut mal perçue, le coq gaulois ayant aujourd'hui une image trop "nationaliste" qui ne correspondait pas au mouvement.

Les Gaulois, entre mythe et vérité

Mais qu'en est-il en vérité de ce peuple ?

Les fouilles archéologiques sur les grands sites de la guerre des Gaules ont été initiées par Napoléon III, passionné par l'oeuvre de Jules César, qui permit la mise au jour des vestiges d'Alise-Saint-Reine (Alésia) et du Mont Beuvray (oppidum de Bibracte) dont je vous conseille d'aller visiter les sites et musées.

Le murus gallicus de la porte du Rebout à Bibracte et vue des vestiges
Le murus gallicus de la porte du Rebout à Bibracte et vue des vestiges

Le murus gallicus de la porte du Rebout à Bibracte et vue des vestiges

Reconstitution d'un intérieur gaulois au Musée de Bibracte

Reconstitution d'un intérieur gaulois au Musée de Bibracte

Vue de l'oppidum d'Alésia et reconstitution des fortifications à l'archéodrome de BeauneVue de l'oppidum d'Alésia et reconstitution des fortifications à l'archéodrome de Beaune

Vue de l'oppidum d'Alésia et reconstitution des fortifications à l'archéodrome de Beaune

Statue de Vercingétorix à Alise-Sainte-ReineStatue de Vercingétorix à Alise-Sainte-Reine

Statue de Vercingétorix à Alise-Sainte-Reine

Les guerriers gaulois

Les Gaulois étaient de redoutables guerriers, bien armés, grâce à leur savoir-faire dans le travail des métaux. Pour impressionner leurs ennemis, ils faisaient beaucoup de bruit, en se servant notamment de carnyx, on parle du tumulte gaulois, auquel une exposition est actuellement consacrée à Clermont-Ferrand (http://www.clermont-ferrand.fr/local/cache-vignettes/L474xH711/rubon1241-34fbe.jpg).

Les voyageurs du temps
Les voyageurs du temps

Les voyageurs du temps

Un carnyx était un instrument de musique celtique dont se servaient les Gaulois lors des combats pour effrayer l'ennemi et mener les troupes.

Plusieurs instruments ont été découverts lors des fouilles du site de Tintignac ; des instruments ont été reconstitués et des études acoustiques menées pour restituer les sons produits.http://www.lemonde.fr/sciences/article/2012/11/22/retrouver-le-son-d-une-trompe-gauloise_1794736_1650684.html

Les Gaulois, entre mythe et vérité Les Gaulois, entre mythe et vérité Les Gaulois, entre mythe et vérité
Les casques d'Amfreville, d'Agris et de CiumestiLes casques d'Amfreville, d'Agris et de CiumestiLes casques d'Amfreville, d'Agris et de Ciumesti

Les casques d'Amfreville, d'Agris et de Ciumesti

Epée découverte dans la sépulture d'un guerrier celte à Chens-sur-Léman (Haute-Savoie)
Epée découverte dans la sépulture d'un guerrier celte à Chens-sur-Léman (Haute-Savoie)

Epée découverte dans la sépulture d'un guerrier celte à Chens-sur-Léman (Haute-Savoie)

Les sculptures en bronze

De nombreux petits bronzes gaulois, souvent représentant des animaux, nous sont parvenus et témoignent de l'art des artistes gaulois, comme à l'oppidum de Joeuvres et à Neuvy-en-Sullias.

Sanglier de Soulac-sur-mer

Sanglier de Soulac-sur-mer

Les petits bronzes animaliers de l'oppidum de Joeuvres, près de Roanne
Les petits bronzes animaliers de l'oppidum de Joeuvres, près de Roanne

Les petits bronzes animaliers de l'oppidum de Joeuvres, près de Roanne

Les bronzes de Neuvy en Sullias
Les bronzes de Neuvy en Sullias
Les bronzes de Neuvy en Sullias
Les bronzes de Neuvy en Sullias

Les bronzes de Neuvy en Sullias

Monnaies gauloises
Monnaies gauloises

Monnaies gauloises

La tombe de la Dame de Vix, découverte en 1953 par Maurice Moisson et René Joffroy est l’une des plus prestigieuses du monde celtique. Datée du début du Ve siècle avant notre ère, la chambre funéraire de 3 X 3m était protégée à l’origine par un tertre de pierres et de terre appelé tumulus. Elle abritait une défunte parée de tous ses bijoux, reposant sur un char dont les quatre roues démontées étaient posées contre les parois de la tombe, ainsi qu’un service à boire unique.
Le service à boire
Il se compose du cratère grec en bronze « le vase de Vix », haut de 1,64m, d’un poids de 208,6 kg, d’un diamètre maximum de 1,27m, et dont la contenance est de 1100 litres.

Il a été fabriqué vers 530 avant notre ère en Grande Grèce (Italie du Sud). C’est le plus grand vase en bronze connu dans le monde grec à ce jour.
Il contenait une boisson pour les convives du banquet funéraire.
Ce cratère repose sur un pied circulaire. Il est composé d’une cuve mise en forme par martelage, sans soudure, épaisse d’un millimètre environ. Elle est surmontée de deux anses en volutes diamétralement opposées, prenant appui sur le col. De face, chaque anse présente une gorgone à longues tresses, aux yeux écarquillés, aux pommettes saillantes montrant ses dents et tirant la langue. Cette gorgone que l’on nomme Méduse est vêtue d’un corselet d’écailles. Ses mains sont posées sur ses jambes serpentiformes sortant d’une courte tunique. Ces dernières se terminent par des têtes de serpent qui semblent ramper sur l’épaulement de la cuve.

La parure :
La Dame de Vix portait deux anneaux de chevilles en tôle de bronze de 100g environ chacun. Au niveau de la taille elle avait un large anneau de bronze portant encore la trace d’une lanière de cuir dont la fonction n’est pas déterminée. Plusieurs grosses perles en pierre d’importation et en ambre venant de la mer Baltique composent un collier. La défunte était parée de fibules en bronze incrustées de corail et d’ambre et d’une en fer plaquée d’or.

(informations recueillies sur le site internet du Musée de Châtillon sur Seine)

Le vase de Vix au Musée de Châtillon sur SeineLe vase de Vix au Musée de Châtillon sur Seine
Le vase de Vix au Musée de Châtillon sur Seine
Le vase de Vix au Musée de Châtillon sur SeineLe vase de Vix au Musée de Châtillon sur Seine

Le vase de Vix au Musée de Châtillon sur Seine

Hommes et chevaux dans une même sépulture : le site de Gondole, en Auvergne, fouillé par l'Institut national de recherches préventives (Inrap) en 2002

Ci-dessous, le texte recueilli sur le site de l'Inrap :

http://www.inrap.fr/archeologie-preventive/Actualites/Actualites-des-decouvertes/p-1092-La-cavalerie-fantome-de-Gondole.htm

En février 2002, après plusieurs tests peu fructueux, l'ultime sondage d'une campagne de diagnostics révélait huit cavaliers gaulois inhumés avec leurs chevaux.

La présence de chevaux dans une sépulture celtique est exceptionnelle et cette découverte

énigmatique suscite le vif intérêt de la communauté scientifique et renouvelle les connaissances sur les pratiques funéraires de cette période. Les médias internationaux en ont perçu l'importance et l'ont largement commenté, au point de la surnommer the Celtic Ghost Cavalry.

Depuis 2002, le terrain livre bien d'autres informations et autant d'hypothèses à Ulysse Cabezuello et son équipe de l'Inrap.

La sépulture

Les huit hommes et leurs chevaux, alignés quatre à quatre sur deux rangées, ont été dégagés à 300 m à l'extérieur du rempart de la cité. Ils ont été enterrés simultanément dans une fosse rectangulaire, sur le flanc droit, tête au sud et regard à l'est. Sept individus sont des adultes, le dernier est un adolescent. Exception faite de ce dernier dont la main repose près du visage, tous ont le bras gauche en avant, souvent posé sur le squelette qui les précède. Aucune arme, parure ou offrande, aucun élément de harnachement n'ont été déposés. Une expertise archéo-zoologique a confirmé que nous étions bien en présence de chevaux gaulois (petits chevaux de 1,20 m au garrot).

Vue d'ensemble de la fosse. Les huit hommes et leurs chevaux sont alignés quatre à quatre sur deux rangées. Exception faite de l'adolescent dont la main repose près du visage, tous ont le bras gauche en avant, souvent posé sur l'individu qui les précède. U. Cabezuelo/Inrap 2002U. Cabezuelo/Inrap 2002
Vue d'ensemble de la fosse. Les huit hommes et leurs chevaux sont alignés quatre à quatre sur deux rangées. Exception faite de l'adolescent dont la main repose près du visage, tous ont le bras gauche en avant, souvent posé sur l'individu qui les précède. U. Cabezuelo/Inrap 2002U. Cabezuelo/Inrap 2002

Vue d'ensemble de la fosse. Les huit hommes et leurs chevaux sont alignés quatre à quatre sur deux rangées. Exception faite de l'adolescent dont la main repose près du visage, tous ont le bras gauche en avant, souvent posé sur l'individu qui les précède. U. Cabezuelo/Inrap 2002U. Cabezuelo/Inrap 2002